Vos démarches inondation


inondations Saint-Mammès 3

Inondations : les assureurs se mobilisent pour accélérer les indemnisations.  

Face au niveau et à l’étendue des crues qui touchent de nombreuses communes, la Fédération française de l’assurance a promis que les assureurs seraient bienveillants envers les sinistrés. Le point sur la marche à suivre pour se faire indemniser.



Dans tous les cas, la décrue s’annonce lente et devrait durer plusieurs semaines.

A mesure que l’eau se retire, les particuliers touchés par les inondations vont pouvoir évaluer les dégâts et se tourner vers leur assurance pour se faire indemniser. 8 000 déclarations de sinistres ont déjà été enregistrées par les assureurs de la Fédération française de l’assurance (FFA). Le président de la FFA, Bernard Spitz, a promis que les assureurs seraient « extrêmement bienveillants ». 

Quel est le délai pour déclarer le sinistre ?

Afin d’accélérer les indemnisations, tous les moyens pour prévenir l’assureur sont acceptés : téléphone, Internet, lettre simple, mail. Le délai minimum pour faire sa déclaration est de cinq jours ouvrés. Dans le cas où la commune est déclarée en état de catastrophe naturelle, le délai passe à dix jours à compter de la parution de l’arrêté ministériel. La FFA a annoncé que les assureurs accepteraient les déclarations adressées au-delà du délai réglementaire de 10 jours.

Les frais de pompage et de nettoyage sont-ils garantis ?

Oui, les frais de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux sont garantis ainsi que les dommages imputables à l'humidité ou à la condensation consécutive à la stagnation de l'eau dans les locaux. 

Quels délais pour l’indemnisation ?

L'indemnisation a lieu normalement dans les trois mois qui suivent la déclaration du sinistre. Mais selon les besoins, les assurés pourront bénéficier d’avances, « avec une attention toute particulière portée aux personnes en grande difficulté », a annoncé la FFA.

Y a-t-il une franchise à payer ?

En cas de catastrophe naturelle, une franchise s’applique toujours sur le montant de l’indemnisation. Restent ainsi à votre charge :

  • 380 € pour les habitations, les véhicules à moteur et autres biens à usage privé ;
  • 10 % du montant des dommages (avec un minimum de 1 140 €) pour les biens à usage professionnel, sauf franchise supérieure prévue par le contrat.